CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Châlons-en-Champagne - Marne (51) - Champagne-Ardenne

 

NPNRU Quartier d'intérêt régional

Le projet

Composé intialement de 16 locaux commerciaux dont un supermarché Match de 700 m² (fermé le 31 décembre 2015), seules 4 boutiques sont restées en activité le temps d'aboutir à un nouveau projet de restructuration.

Le centre commercial a été reconstruit ex-nihilo, rue Georges Barbier, afin de le rendre plus visible et "à ciel ouvert". Il devrait notamment accueillir une supérette de 300 m², un café PMU-bar-tabac, une boucherie, une boulangerie et un salon de coiffure. Parallèlement, un pôle médical réunira plusieurs professionnels de la santé (projet privé porté par le gérant de la pharmacie). Une "placette" permettra de relier les deux ensembles.

 

Témoignage

Bruno Bourg-Broc, Maire de Châlons-en-Champagne :

"Typique de l'urbanisme des années 60/70, le centre commercial du Verbeau est refermé sur lui-même. Nous avions déjà travaillé pour Epareca à la rénovation du centre et nous étions satisfaits de leur intervention mais les problèmes d'attractivité et de sécurité nous ont conduits à envisager une restructuration plus importante. Le projet prévoit donc la démolition d'une partie du centre pour l'ouvrir sur l'extérieur. Epareca nous a accompagné pour expliquer aux commerçants le projet, et, ainsi, les rassurer. C'est important car ce type d'opération génère tout autant d'appréhension que d'engouement"

Bilan et impacts sur le territoire

Ce centre commercial a fait l'objet d'études visant à une seconde phase de restructuration. La première débutée en 2001 n'ayant pas permis de régler les problèmes d'attractivité et de sécurité notamment.

La stratégie d'intervention a permis de favoriser l'unification de la propriété strictement commerciale et la sortie du statut de copropriété par la création de volumes distincts. Il était également question de remettre le bâti à niveau et de concevoir un centre plus ouvert, sans galerie fermée, pour des raisons de confort et de sécurité.

Points forts de l'opération

Un positionnement à proximité de nombreux équipements publics (Centre Social et Culturel, Centre d'Action Educative, écoles, crèches…).

La présence de nombreuses places de stationnement (environ 100 places).

Pistes d'amélioration

Optimiser la visibilité du site : le centre commercial reste peu visible de l'entrée principale notamment à cause de la végétation qui fait écran. La signalétique extérieure (absence de Totem) comme intérieure (difficulté pour repérer la nature des activités) est insuffisante.

Eviter de maintenir une galerie marchande fermée (qui favorise l'insécurité) / "Ouvrir" le centre commercial vers l'extérieur.

Unifier la propriété : le maintien de la copropriété ne permet pas d'engager de nouveaux travaux en l'absence d'unanimité des copropriétaires.

Tenir compte de l'environnement concurrentiel : un hypermarché Carrefour est implanté à 5 minutes en voiture.

Dificultés rencontrées

Les fouilles archéologiques préventives réalisées ont révélé la présence de vestiges datés de la fin du IIIe siècle. D'autres recherches ont été menées, impliquant un retard de 12 à 14 mois sur la contruction du futur centre commercial.

 

 

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.