CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, ont dévoilé le 3 février à Concarneau, le nom des 80 premières structures lauréates de l’appel à manifestation d’intérêt "fabriques de territoire et fabriques numériques de territoire", lancé en juillet 2019 par le Gouvernement pour encourager la dynamique des tiers-lieux dans les territoires.

 

 

 

Doté de 45 millions d’euros, il vise à identifier d’ici 2022, 300 fabriques de territoire, existantes ou en projet, dont 150 seront implantées en quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et 150 dans les territoires ruraux.

L’État va ainsi soutenir à hauteur de 75 000 à 150 000 euros,  sur  trois  ans,  les  fabriques  de  territoire,  le  temps  pour  ces structures de conforter leur équilibre économique. Le financement proposé par l’État tient compte de l’offre de services et du lieu d’implantation.

 

Parmi les 80 Fabriques de territoire (toutes déployées dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville) :

À l’occasion des élections municipales de mars 2020, le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES) propose un kit MunicipalESS pour outiller les futures équipes municipales et intercommunales souhaitant soutenir l’économie sociale et solidaire (ESS).

 

 

 

Si de plus en plus d’élu.e.s ont conscience aujourd’hui du rôle que peut jouer l’ESS dans le développement soutenable de leur territoire, la question reste souvent de savoir comment faire ?

 

C’est l’objet de ce kit MunicipalESS, qui comprendra une vingtaine de fiches présentant concrètement comment une commune ou une intercommunalité,  en milieu urbain comme en milieu rural, peut inscrire l’ESS dans ses politiques :

  • en donnant les premières clés pour la mise en œuvre d’une politique volontariste structurée,
  • en détaillant les leviers techniques des communes et intercommunalités pour soutenir le développement de l’ESS (la commande publique, le foncier, l’animation territoriale, etc.),
  • en illustrant la façon dont les différentes politiques publiques thématiques peuvent intégrer l’ESS (mobilité, alimentation, politique de la ville, déchets, revitalisation commerces, etc.).

 

Exemples de fiches :

Le premier conseil d’administration de l’Agence nationale de la cohésion des territoires s’est tenu ce 12 décembre, à Paris. Installé par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, le conseil a élu à sa présidence, Caroline Cayeux, présidente de Villes de France et maire de Beauvais (60), et à sa vice-présidence Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France et maire de Gargilesse-Dampierre (36).

 

Le conseil d’administration, qui comprend 33 membres, a également procédé au vote du budget initial de 75 millions d’euros, dont sera dotée l’Agence en 2020. Au sein de ce budget initial, 10 millions seront notamment consacrés à des dépenses d’ingénierie au profit des territoires.

La réunion, qui s’est déroulée en présence d’Yves Le Breton, commissaire général à l’égalité des territoires, préfigurateur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, a été l’occasion d’adopter le règlement intérieur du conseil d’administration.

 

Source : CGET

 

Dans un décret daté du 18 novembre dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, entérine la création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Ce décret donne officiellement naissance à cette agence qui rassemble les expertises et les champs d’intervention de trois entités : CGET, Epareca et Agence du numérique.

 

 

Signé également par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, et Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, le décret précise les règles d’organisation et de fonctionnement de cette agence au service des projets des territoires et des collectivités

 

L’Agence nationale de la cohésion des territoires entrera en vigueur au 1er janvier 2020.

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.