CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Sarah Lacoche, Inspecteur des Finances, a été nommée hier Directrice Générale Adjointe de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU). Elle succède à Jean-Paul Lapierre, qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Aux côtés de Nicolas Grivel, Directeur Général, Sarah Lacoche mettra à profit son expérience en ce début 2018 afin de répondre aux enjeux du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain et des autres programmes confiés à l’Etablissement.

Elle était depuis deux ans en charge de la Direction de l’Administration, des Finances et des Systèmes d’Information de l’Agence, où elle a notamment pu travailler de façon transversale sur les enjeux relatifs au lancement du NPNRU et à l’achèvement du PNRU.

Parce que rénover c’est aussi innover, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) ont annoncé le 29 janvier le lancement de l’édition 2018 du concours "S’engager pour les Quartiers".

Jusqu'au 15 mars à minuit, vous pouvez donc désormais candidatez à cette 7e édition du Concours, destiné aux porteurs d’un projet d’innovation économique, sociale et/ou environnementale dans l’un des quartiers en rénovation urbaine en France.

 

Cette année, 6 prix thématiques seront récompensés, en plus du Grand Prix ANRU et du prix Coup de Cœur Actual. Au total, ce sont donc 80 000 € qui seront reversés à des structures sociales dans les quartiers prioritaires.

Le sujet de la dévitalisation des centres-villes se retrouve aujourd’hui sur le devant de la scène tant au niveau national que local. Plusieurs études et rapports récents montrent en effet une dégradation de leur fréquentation, une augmentation inquiétante de la vacance commerciale et une dégradation du parc de logements qui touche principalement les villes moyennes. Leur revitalisation est un enjeu majeur de la dynamisation des territoires.

 

La Métropole du Grand Paris s’est saisie de la question depuis plusieurs mois, avec la volonté d’agir en faveur de la préservation et du renforcement des services de proximité, de l’amélioration des lieux de vie, du rééquilibrage territorial et du développement des innovations urbaines.

Le 18 mai 2017, Patrick OLLIER, Président de la Métropole du Grand Paris a lancé l’initiative "centres-villes vivants" afin de fédérer l’ensemble des acteurs métropolitains, privés comme publics, et de favoriser la mise en réseau, l’échange de bonnes pratiques et la mobilisation d’expertises.

Un groupe de travail animé par Jean-Marc NICOLLE, maire du Kremlin-Bicêtre et conseiller métropolitain, a été installé le 31 août par Patrick OLLIER, avec l’appui des agences d’urbanisme APUR et IAU, afin de réfléchir aux modalités d’intervention de la Métropole pour aider les communes qui le souhaitent à revitaliser leur centre-ville. Il a rassemblé une soixantaine de personnes par session : des maires ou leurs représentants, des agences d’urbanisme, des représentants des chambres consulaires, des établissements et opérateurs de l’État et des acteurs des centres-villes. Ses membres se sont réunis à cinq reprises et ont travaillé en mode collaboratif.

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.