CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

A la suite du remaniement ministériel du 21 juin 2017, Jacques Mézard a été nommé ministre de la Cohésion des territoires. Nommé ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation dans le gouvernement précédent, il succède à Richard Ferrand.

 

 

 

Âgé de 69 ans, Jacques Mézard est avocat de formation, aujourd’hui à la retraite. Membre du Parti Radical (PRG) de Gauche depuis 2008, il a été conseiller général du Cantal de 1994 à 2008 et adjoint au maire d’Aurillac. Désormais conseiller municipal, il préside la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac.

Sénateur du Cantal depuis septembre 2008 et Président du groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) au Sénat depuis 2011. Jacques Mézard est également membre de la commission des lois constitutionnelles, de la législation, du suffrage universel, du règlement et de l'administration générale, et vice-président de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation. Il avait soutenu Emmanuel Macron dès le lancement de son mouvement.

Par ailleurs, Julien Denormandie, est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires. Agé de 36 ans, cet ingénieur agronome de formation, titulaire d’un MBA en économie, était jusqu’alors le secrétaire général adjoint de La République en marche.

 

Plus de 2,3 millions de salariés, représentant 10,5 % de l'emploi en France, 5 500 créations d'entreprises en moyenne chaque année, des impacts sociaux importants (bénévolat, cohésion sociale, etc.), des innovations : l'économie sociale et solidaire (ESS) est au coeur de l'économie et de la société française !

Cette quatrième édition de l'Atlas commenté de l'économie sociale et solidaire, rédigé par le Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale (CNCRES), reprend et enrichit l'édition 2014 : structuré en six grandes thématiques ("Démographie d'entreprises", "Engagement, travail, emploi", "ESS et développement économique", "Secteurs d'activité", "Territoires" et "Enjeux et mutations"), l'ouvrage intègre les dernières données disponibles.

La Fondation MACIF et l’Avise lancent l'édition 2017 du programme P’INS visant à accompagner des porteurs de projets socialement innovants dans leur stratégie de duplication.

Lancé en 2014 par la Fondation MACIF et l’Avise, le programme P’INS a pour ambition de soutenir le changement d’échelle de l’innovation sociale pour mieux répondre, et de plus en plus largement, aux besoins non satisfaits. Les structures accompagnées par P’INS devront avoir fait la preuve de leur impact et porter un projet réplicable sur d’autres territoires.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 23 juin 2017 !

Le CGET propose une note sur les exonérations de fiscalité locale. Celles-ci ont été étendues aux établissements du secteur qui comptent moins de 50 salariés et présentent un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan n’excédant pas dix millions d’euros.

Initialement réservées aux activités commerciales de proximité dans les 1 514 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), les exonérations de fiscalité locale ont été étendues par l'article 50 de la loi de finances rectificative du 29 décembre 2016 aux établissements du secteur qui comptent moins de 50 salariés et présentent un chiffre d'affaires annuel ou un total de bilan n'excédant pas dix millions d'euros.

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.