CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a signé le jeudi 7 juin la toute première convention du plan national "Action cœur de ville" avec la commune de Lunéville, en Meurthe-et-Moselle.

Cette convention-cadre signée avec Lunéville formalise l’accord des partenaires pour investir dans cette ville moyenne de 19 900 habitants.

 

Signée pour six ans, elle crée ainsi un "pacte d’associés" - ville, intercommunalité, collectivités territoriales, État, Caisse des dépôts, Action logement, Agence nationale de l’habitat (Anah) et Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), Epareca, etc., tous mobilisés autour de la redynamisation de son centre-ville.

En effet, comme nombre de villes moyennes, l’attractivité de Luneville se voit concurrencée par les activités implantées en périphérie et la périurbanisation grandissante. Aujourd’hui, "Action cœur de ville" va lui permettre d’agir, sur la durée, pour mettre en place des actions pour éviter la vacance des commerces, remédier à la dégradation des logements dans son centre ancien, classé en quartier prioritaire de la politique de la ville, mais aussi pour valoriser son patrimoine historique afin de développer le tourisme ou, encore, pour faire de son cœur de ville le centre de la vie quotidienne d’un territoire de 80 000 habitants, etc.

 

En savoir plus :

 

Source : Ministère de la Cohésion des territoires

 

A l'occasion des 13e Assises Nationales du Centre-Ville, organisées à Metz les 7 et 8 juin, l'association Centre-Ville en Mouvement et Clear Channel ont dévoilé le 6 juin en présence de Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion des Territoires, les résultats du 3ème baromètre de l'Institut CSA, qui vise à mesurer la perception des français de leur centre-ville et leurs attentes.

Plusieurs enseignements forts, et parfois à l'encontre des idées reçues, se dégagent de l'enquête :

 

 

  • La vitalité du centre-ville un sujet qui monte : c’est un sujet qui préoccupe 68% des Français, notamment dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants où le sentiment de déclin est nettement plus fort 50%, contre 33% dans les agglos de plus de 100 000 habitants. C’est pourquoi les français tirent la sonnette d'alarme à 95%, la modernisation de leur centre-ville doit constituer un objectif prioritaire et important pour leurs maires.
  • Des citoyens qui font acte de résistance : le niveau d’attachement des Français à leur centre-ville est toujours largement majoritaire, notamment pour 67% d’entre eux dans les plus de 100 000 habitants, et plus de 73% déclarent s’y rendre au moins une fois par semaine. Les commerces de centres villes les attirent pour y retrouver des proches (82%, + 5 pts), y flâner (79%, + 5 pts) ou encore y faire du shopping (57%, + 7 pts). Ils y recherchent notamment le "consommer local" via leur marché ou les commerces qui proposent des produits en circuits courts.
  • Le centre-ville idéal : plus humain et plus connecté : les attentes des Français sur leur centre-ville idéal traduisent essentiellement des manques et varient en fonction de la taille des villes. Quel que soit l’ordre, les 2 priorités sont la piétonisation des rues et les commerces alimentaires, qui permettent les échanges "plus humains". Dans le même temps, les Français montre également une  forte appétence pour les services connectés dans la rue, 60% aimeraient y trouver du Wi-fi gratuit, et 40% des écrans digitaux serviciels connectés avec de l’information géolocalisée et en temps réel.

Le Ministère de l’économie et des finances prend toute sa place dans l’effort collectif de redynamisation de l’offre commerciale dans les centres des villes moyennes, matérialisé par le plan "Action cœur de ville", en mobilisant notamment les financements du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (FISAC).

 

Ainsi, le FISAC donne dès cet appel à projets une priorité à la revitalisation des centres des villes objets d’une opération de revitalisation du territoire (ORT) ou d’une convention cadre pluriannuelle "Action cœur de ville" et financera notamment l’ingénierie commerciale nécessaire aux communes et intercommunalités.

 

 

Cet appel à projets vise à :

  • promouvoir une offre de proximité, qui réponde à l’évolution des attentes des consommateurs, en utilisant par exemple des outils du numérique ;
  • promouvoir une offre de proximité qui s’inscrive dans une stratégie commune et des partenariats avec les acteurs concernés par la vie de la cité ;
  • préserver le savoir-faire des TPE des secteurs du commerce, de l’artisanat et des services et  donner à celles-ci les moyens de se moderniser, d’accroître leur compétitivité et de se développer, via notamment des technologies numériques ;
  • favoriser la redynamisation des territoires, ruraux et urbains particulièrement marqués par la dévitalisation commerciale.

Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts, et Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts, ont lancé le 30 mai la Banque des Territoires, en présence d’Edouard Philippe, Premier ministre, Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires et Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances.

 

 

 

Les territoires se transforment. La Caisse des Dépôts se transforme en conséquence et rassemble ses expertises internes à destination des territoires en une structure unique : la Banque des Territoires. Son objectif : apporter plus rapidement des solutions sur mesure à tous ses clients, en amont comme en aval de leurs projets, avec une attention particulière aux petites et moyennes collectivités

La Banque des Territoires est d’ores et déjà opérationnelle au service de ses clients (collectivités locales, entreprises publiques locales, organismes de logement social et professions juridiques) et se déploie dans les 16 directions régionales et 35 implantations territoriales de la Caisse des Dépôts.

L’offre est désormais simplifiée et plus lisible via la mise en place d’une plateforme digitale : www.banquedesterritoires.fr.

Le client est directement associé à la structuration de la Banque des Territoires via une concertation ouverte,  sur la thématique: "Quelles solutions pour transformer ensemble nos territoires ?" accessible en ligne jusqu'au 14 octobre 2018 : http://concertation.banquedesterritoires.fr

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.