CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Le Gouvernement a présenté, le 24 septembre dernier, son projet de loi de finances (PLF) pour 2019 dans lequel le financement de la rénovation urbaine et de la politique de la ville devrait bénéficier de 85 millions d'euros supplémentaires par rapport à l'an passé.

 

Au total, ce sont 520 millions qui vont bénéficier à la politique de la politique de la ville.

 

 

 

Ces moyens supplémentaires, ainsi que la mobilisation de tous les ministères et pouvoirs publics, s'articulent autour de 5 axes : 

 

  • La sécurité, préalable à toute action efficace et à toute vie sociale harmonieuse : Dans le cadre de la police de sécurité au quotidien, le ministère de l’intérieur va déployer 1 300 policiers et gendarmes d’ici 2020 dans 60 quartiers. La lutte contre les trafics et la présence sur la voie publique seront au centre de leur action. La politique de la ville sera mobilisée pour la cohésion police-population notamment avec le déploiement de 40 centres de loisirs jeunes d’ici 2020 (contre 32 aujourd’hui). 
  • Le logement et le cadre de vie pour plus de mixité et des logements de qualité : Le projet de loi Elan renforce la lutte l’habitat indigne et les marchands de sommeil. Il s’agit également d’éviter de concentrer les demandeurs de logement social les plus fragiles dans les mêmes quartiers. 10 milliards d’euros de financement Anru pour amplifier le nouveau programme national de renouvellement urbain. Par ailleurs, le programme Action Coeur de ville bénéficiera d'une enveloppe de 5 milliards d'euros d'ici 2022, apportés par l'Etat et ses partenaires. Enfin, une stratégie nationale pour le traitement des copropriétés dégradées sera lancée d’ici la fin 2018. 

Le 13 septembre, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France, a présenté la nouvelle stratégie régionale en faveur du commerce et l'artisanat pour la période 2018-2021 (stratégie adoptée par les élus régionaux le 20 septembre).

 

L'enjeu pour la Présidente étant "d’améliorer la visibilité de l’action régionale auprès des artisans-commerçants, en adoptant une feuille de route qui leur soit dédiée". 

Dans ce contexte, une commission d’élus présidée par Frédéric Valletoux, délégué spécial à l’artisanat et au commerce, a lancé début octobre 2017 une large concertation en auditionnant plus de 45 personnalités qualifiées sur l’ensemble des thématiques au cœur des enjeux de l’artisanat. Plus de 86 M€ de budget (dont 72 M€ pour la formation) a ainsi été affecté en 2017 à l’artisanat et au commerce de proximité. 
 
Cela s’ajoute à la nouvelle stratégie régionale #LEADER pour la Croissance, l’emploi et l’innovation, qui, dès 2016, identifiait l’artisanat comme un secteur majeur de l’économie francilienne et comme fortement structurant pour l’image et l’attractivité internationales de l’Île-de-France. 

Mercredi 19 septembre au marketspace ICI Montreuil (93), Patrick Lévy-Waitz, président de la Fondation Travailler Autrement, a remis à Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, le rapport de la Mission coworking - Territoires, travail, numérique - "Faire ensemble pour mieux vivre ensemble".

Résultat d'un tour de France de six mois avec la collaboration étroite du CGET, et de la rencontre de plus de 400 acteurs locaux, ce rapport s'inscrit dans la stratégie numérique du Gouvernement pour accompagner les dynamiques de transformation de l'activité dans les territoires fragiles.

 

 

La Mission Coworking dresse d'abord un panorama des tiers lieux en France. Son constat : ces espaces partagés jouent un rôle clés dans la redynamisation des territoires, petites et moyennes villes comme espaces ruraux. Loin d'être un phénomène de mode, les 1 800 tiers lieu identifiés sur l'ensemble du territoire hexagonal présentent une grande diversité de typologies (coworking, fablab, marketspace, hakerspace, livinglab, etc.).

Huit porteurs de projets intègrent l'édition 2018-2019 du programme P'INS de la Fondation MACIF et de l'Avise. Lancé en 2014, ce programme accompagne en France des porteurs de projets socialement innovants dans leur stratégie de duplication.

Sur les 126 candidatures reçues, huit structures de l'Economie sociale et solidaire (ESS) ont été retenues par la Fondation Macif et l'Avise pour suivre leur programme P'INS.

 

Cette 3ème promotion bénéficiera d'un accompagnement complet dans sa stratégie de changement d'échelle durant 10 mois et de 20 000 € de financement.

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.